Ελληνικά
Ailleurs et comme ici ?
En route pour les gens
Mythe
Avant la fin
Cartes & plans
Zic
Lire
Contact
« Tu sais Davril, il n’y a que la cour qui sache vraiment le détail de ce que l’armée fait là-bas. Même nous, on en sait davantage sur les horreurs commises par les terroristes que sur celles commises par l’armée.
Davril ricana, debout sur sa chaise. Les terroristes... Sarrante je vais te le dire, le détail de ce que l’armée fait là-bas. Vous vous le savez pas,
mais les Mansards, eux, ils sont très au courant. Le grand jeu des
bidasses, Sarrante, quand je suis parti de chez moi, c’était d’aller faire des razzias dans les villages, de rafler tous les jeunes, garçons et filles, dix-huit vingt ans, moins même, parce que les jeunes, c’est eux les plus remontés,
tu comprends ? C’est la relève. Ensuite ils les ligotent tous ensemble dos-à-dos comme pour faire un fagot, ils foutent une bombe au milieu et boum ! Après, ils ramènent des morceaux aux familles, parfois. Mais c’est pas obligatoire, dans le jeu.
Davril s’appuyait des deux mains à la poutre au-dessus de lui. Il baissa
la tête vers Sarrante, ferma les yeux un bref instant.
— Ils sont où les terroristes, Sarrante ? »
Précédent L'affaire aurait donc parfaitement pu tenir dans un récit se déroulant ici et maintenant. Sauf que... il y a aussi les histoires qu'on se raconte et qu'on raconte aux autres – la magie, vieille comme l'homme, des contes auxquels, étrangement, on presque-croit le temps d'un roman, d'une veillée, d'une lecture entre deux stations de RER.
Ailleurs, pour quelques (centaines de) pages... Suite
Textes & documents annexes, musique, photo, conception et réalisation : Pascal Mullon
Non à la censure déguisée de l'internet
Europe, États-Unis, monde : non à la censure déguisée de l'internet